https://blog.crelan.be/fr/les-avantages-et-desavantages-dinvestir-dans-limmobilier/

Investir dans l’immobilier : les avantages et désavantages

De plus en plus de gens investissent dans l’immobilier, que ce soit dans un immeuble de rapport ou dans une seconde résidence. ‘Puisque le compte d’épargne ne rapporte presque plus rien, mieux vaut investir notre argent dans les briques’, peut-on entendre régulièrement. Mais qu’en est-il exactement ? Saviez-vous que, même avec un budget modeste, vous pouvez profiter d’un rendement immobilier intéressant, en recourant à un habile stratagème ? Découvrez-le ici, en même temps que les pièges à éviter dans l’immobilier.

Comment pouvons-nous encore faire fructifier notre épargne ? Maintenant que le taux d’intérêt ne suffit plus à protéger le pouvoir d’achat, de plus en plus de gens optent pour l’immobilier. Certains avantages sont évidents : le rendement d’abord et avant tout. Les investisseurs qui louent leur bien peuvent compter sur un gain attractif. En outre, le rendement d’un immeuble de rapport ou la seconde résidence sont relativement peu taxés dans notre pays. En principe, cet impôt est calculé sur la base du revenu cadastral. Les revenus locatifs réels ne sont donc pas -pour l’instant- dans la ligne de mire.

Une poire pour la soif

Un autre avantage : vous pouvez financier partiellement votre achat au moyen d’un prêt. De cette façon, votre investissement prend la forme d’une épargne. Une fois le prêt remboursé, vous êtes propriétaire et vous avez une poire pour la soif. Pendant toute la durée du prêt, vous pouvez indiquer celui-ci dans votre déclaration d’impôts. Cet avantage fiscal est toutefois soumis à certaines conditions mais, dès que votre propre habitation est payée, vous avez de bonnes chances d’y avoir droit.

Une valeur croissante

La cerise sur la gâteau ? Les investisseurs comptent sur le fait que leur bien prendra de la valeur. Le prix des habitations belges est en augmentation depuis 30 ans déjà. Depuis 2000, le prix des habitations a pratiquement triplé dans notre pays. Mais la question est : cette tendance va-t-elle se poursuivre ? L’immobilier est un investissement comme un autre. Une tendance du passé n’est jamais une garantie pour l’avenir. Dans un passé récent, nos pays voisins ont d’ailleurs  apporté de sérieuses corrections au marché de l’immobilier.

Un taux d’intérêt bas

Le plus grand danger, aujourd’hui, est lié au domaine monétaire. La politique de taux d’intérêts faibles, pratiquée par les banques centrales et permettant d’emprunter à un coût très bas, a fait grimper les prix de l’immobilier. La réponse de la Banque centrale européenne à la crise Covid-19 a même accéléré cette tendance. L’afflux d’argent s’est orienté vers le marché immobilier, avec une augmentation des prix comme conséquence. À court terme, le changement n’est pas immédiatement perceptible mais, tôt au tard, il est probable que les taux d’intérêts remontent. Le marché immobilier belge en sortira-t-il indemne ? Seul l’avenir pourra nous le dire.

Les risques liés à la location

En tant qu’investisseur, vous ne devez pas non plus perdre de vue les risques en tant que bailleur. Que se passe-t-il, par exemple, si vous êtes face à un mauvais locataire ou si votre bien reste vide ? Ce genre de situation peut sérieusement ébranler votre rendement. La dégradation d’un quartier, une ligne de chemin de fer près de votre bien ou tout autre facteur environnemental peuvent également vous nuire. Car de tels risques peuvent non seulement affecter votre rendement locatif, mais également la valeur de votre bien. En d’autres termes : investir dans l’immobilier n’est pas tout rose. Lorsqu’on vise un rendement supérieur à la moyenne, on doit aussi en accepter les risques.

Une maison en papier ?

La meilleure protection contre les risques, c’est la diversification. Dans l’immobilier, ce n’est pas évident : ce type d’investissement va de pair avec des montants considérables. Un particulier sera donc généralement dans l’impossibilité d’investir dans plusieurs propriétés. Vraiment ? Avec des investissements immobiliers ‘en papier’, la possibilité de répartir les risques existe bel et bien. Les actions ou les fonds immobiliers vous permettent d’entrer, avec un budget modeste, dans un portefeuille immobilier géré par des professionnels. Vous pouvez ainsi profiter des avantages, sans vous soucier de robinets qui fuient ou de locataires insolvables. Ici, il s’agit pratiquement toujours d’investissements immobiliers cotés en bourse et donc soumis aux fluctuations de valeur quotidiennes. Ils vous permettent une bonne répartition, même entre différents secteurs : immobilier commercial et bureaux, immobilier logistique, résidences-services ou chambres d’étudiants…

Se protéger contre les risques

La plupart des fonds immobiliers ont obtenu d’excellents résultats au cours de la dernière décennie. Ce que l’avenir nous réserve, forcément, nous ne le savons pas encore. Il n’est pas exclu que le faible taux d’intérêt entraîne une surévaluation, et se traduise par une baisse ou une stagnation des prix. Ou qu’une hausse des taux d’intérêt produise ultérieurement des remous. Vous voulez vous protéger contre ce risque ? Répartissez vos avoirs sur plusieurs catégories d’actifs. L’immobilier, c’est bien. Mais la diversification, c’est mieux.

Disclaimer : Les informations contenues dans cette publication constituent un commentaire général sur la situation financière actuelle et ne doivent pas être considérées comme un conseil ou une recommandation concrète en matière de produits financiers.