https://blog.crelan.be/fr/9-points-a-garder-a-lesprit-quand-vous-achetez-une-maison/

9 points à garder à l’esprit quand vous achetez une maison

Vous envisagez d’acheter votre propre maison ou appartement ? Et c’est votre première fois ? Quel beau projet ! Ce sera peut-être l’achat le plus important de votre vie, d’où la nécessité d’être bien renseigné. La visite, l’offre, les frais, le prêt… avec les conseils qui suivent, vous aurez déjà pas mal de clés en main pour l’achat de la maison ou l’appartement de vos rêves.

Assis sur le plancher, un couple rêve à l’aménagement de sa maison. Cet aménagement est dessiné sur l’image

1. Vérifier le PEB.

Le vendeur doit pouvoir vous présenter le certificat de performance énergétique (PEB). Le PEB attribue un label énergétique à chaque habitation. Comme pour votre frigo et votre machine à laver. En tant qu’acheteur potentiel, vous pouvez donc vous faire une idée des performances énergétiques, des frais d’énergie auxquels vous attendre et des rénovations éventuellement nécessaires pour une maison (plus) économe en énergie. Découvrez plus dans cet article.

2. Acheter une maison ? Attention aux vices cachés

Les défauts apparaissent plus clairement à la lumière du jour. Il est donc conseillé de visiter le bien en journée. Les problèmes d’humidité ne sont malheureusement pas rares, surtout dans les bâtiments plus anciens, souvent construits sans système d’étanchéité. L’humidité ascendante se remarque surtout dans le bas des murs : de vilaines taches s’y forment que certains vendeurs n’hésiteront d’ailleurs pas à camoufler. Vous préférez jouer la carte de la sécurité ? Demandez à un spécialiste de procéder à une vérification avant de signer.

3. Visiter plutôt deux fois qu’une

Même si vous avez un coup de cœur, ne foncez pas tête baissée. Une deuxième visite – à un moment totalement différent de la première – est vivement conseillée. Un exemple ? Une maison située le long d’une route est à revisiter pendant les heures de pointe pour éviter les mauvaises surprises. N’oubliez pas que les facteurs environnants jouent un rôle également crucial dans l’achat d’une maison.

4. Tout peser avant de faire une offre

Vous voulez faire une offre ? C’est à vous de décider du montant. N’hésitez surtout pas à consulter les sites immobiliers pour voir les prix courants des habitations ayant une superficie (au sol) similaire. D’autres éléments sont à prendre en considération au moment de soumettre votre offre. Une rénovation à envisager, des performances énergétiques médiocres, …  autant d’aspects qui peuvent faire baisser le prix. Votre offre peut donc facilement être de 10 à 15% inférieure au prix demandé.

5. Tenir compte des frais supplémentaires

L’achat d’une maison s’accompagne de frais supplémentaires. À commencer par les droits d’enregistrement : il faut compter un taux de base de 12,5% ou 6% (taux réduit) en Wallonie comme en Région de Bruxelles-Capitale. Il faut ensuite y ajouter les honoraires du notaire, les frais d’acte (entre 800 et 1.100 €), les frais d’hypothèque, la tva et les frais d’enregistrement (240 €). Pour une maison de 200.000 €, on est facilement à plus de 10.000 € de frais supplémentaires.

6. Profiter de taux réduits, d’abattements et de primes

Pour l’achat de votre premier bien, vous pouvez bénéficier d’un abattement fiscal. L’abattement vous permet de faire une économie de 21.875 € en Région bruxelloise et de 2.500 € en Wallonie. Pour l’achat d’une « habitation modeste », vous bénéficiez d’un taux réduit des droits d’enregistrement qui sera calculé en fonction du prix d’achat en Région bruxelloise et en fonction du revenu cadastral en Wallonie. Enfin, vous pouvez également obtenir des primes à la rénovation (énergétique notamment). Plusieurs conditions sont liées à différents avantages. Consultez be.brussels ou energie.wallonne.be ou encore premiezoeker.be si vous achetez en Flandre. Le site notaire.be vous fournit également de nombreux renseignements. Où découvrez plus d’info ici.

7. Taux fixe ou variable : un choix à bien mûrir

Lorsque vous souscrivez un prêt logement, vous avez le choix entre un taux fixe et variable. En optant pour le taux fixe, vous jouez la carte de la sécurité : vous remboursez le même montant pendant toute la durée du crédit. Le taux variable est généralement plus avantageux au départ et vous laisse un peu plus de marge financière. À la date de sa révision, il diminue ou augmente selon l’évolution du marché. Lorsque les taux d’intérêt sont bas, le prêt à taux fixe peut s’avérer plus intéressant. Ces dernières années, l’avantage du taux variable par rapport au taux fixe s’est réduit. Les deux formules de taux méritent d’être envisagées et calculées.

Vous hésitez ? Votre agent Crelan peut vous conseiller en fonction de votre situation.

8. Acheter une maison ? Conclure les bonnes assurances

L’assurance incendie est obligatoire pour protéger votre habitation. En collaboration avec AXA, Crelan propose un assurance habitation pour les propriétaires. Celle-ci couvre :

  • l’incendie
  • les dégâts des eaux ou dus à l’électricité
  • le bris de vitre et le vandalisme
  • les dommages électriques aux appareils électroménagers et multimédia
  • les conséquences de pannes d’électricité

D’autres assurances, non obligatoires, sont également intéressantes : la protection juridique habitation (pour un litige lié aux dommages à votre habitation) et la RC Assurance familiale (qui vous protège des conséquences financières d’incidents imprévus).

9. Donner la priorité à la sécurité

La maison ou l’appartement de vos rêves, vous voulez y vivre l’esprit libre. Les détecteurs de fumée sont obligatoires, mais il est également recommandé d’installer des détecteurs de monoxyde de carbone (CO) pour éviter des situations dangereuses. Un dernier conseil : une alarme ne vous procure pas seulement une plus grande tranquillité d’esprit ; elle vous permet aussi de bénéficier d’une réduction sur l’assurance contre le vol auprès de certains assureurs.

Disclaimer : Les informations contenues dans cette publication constituent un commentaire général sur la situation financière actuelle et ne doivent pas être considérées comme un conseil ou une recommandation concrète en matière de produits financiers.